Archives du mot-clé ETALEMENT_URBAIN

QUIZ : petit jeu sur l’étalement urbain

 (Sur un travail de Jean-Charles CASTEL)

1
L’étalement urbain est un terme inapproprié aujourd’hui
VRAI

La notion d’étalement urbain correspondait bien à l’extension en tache d’huile des agglomérations dans les années soixante. Aujourd’hui, on assiste à un émiettement du développement urbain par des implantations autour des villages ruraux.

2
L’étalement urbain se ralentit. L’étalement urbain s’accélère
VRAI

Le démographe constate une croissance de population dans l’espace périurbain positive mais ralentie par rapport aux décennies précédentes. Le géomètre, quant à lui, découvre une consommation d’espace qui augmente par habitant.

3
Dans l’espace urbanisé, le non-bâti occupe plus de place que le bâti
VRAI

L’espace bâti représente 2% du territoire métropolitain. L’espace artificialisé non bâti représente 6%. Soit un total de 8%.

4
L’étalement urbain est causé principalement par l’habitat périurbain
FAUX

Un peu plus de la moitié des nouveaux espaces urbanisés en une année est destinée aux activités économiques et aux équipements publics.

5
L’éloignement de l’habitat répond d’abord à la quête de nature des habitants
FAUX

La principale motivation est la recherche d’un grand logement en accession à moindre prix. Le principal reproche fait à la ville, outre les prix inaccessibles, concerne le bruit. Le manque de nature vient en second plan.

6
L’extension de l’habitat est liée à la croissance des revenus
VRAI

Le nombre de m2 par habitant est corrélé avec le PIB par habitant. Le nombre de m2 de plancher de logement par habitant a multiplié par trois en un siècle, proportionnellement à la croissance des revenus.

7
L’habitat augmente même là où la population baisse
VRAI

Le nombre de ménages augmente environ trois fois plus vite que la population. Alors que l’on constate des variations de population négatives sur toute la diagonale nord-est/sud-ouest, le nombre de communes enregistrant une baisse de ménages est très faible. D’où une forte demande de logements.

8
La limitation des zones d’urbanisation future dans les POS des agglo permet de maintenir la population dans l’agglomération
FAUX

Cela réduit l’étalement urbain dans le périmètre du POS de l’agglo, mais cela repousse l’étalement urbain au-delà.

9
De toutes façons, l’étalement urbain s’arrêtera tout seul en raison de la loi de Zahavi qui limite le temps passé dans les transports quotidiens
FAUX

Premièrement il n’est pas sûr que la loi de Zahavi soit intangible. Deuxièmement, l’emploi se délocalise de plus en plus vers les banlieues. Troisièmement, une portion croissante des accédants dans le périurbain sont des retraités, donc non soumis à cette loi.

10
Les changements d’emploi sont plus rapides que les changements de logement
VRAI

En un an, le taux de rotation des emplois (18%) est le double de celui des migrations résidentielles (9%). Pour les salariés du secteur privé, le taux de rotation des emplois est de 40%. Au sein d’un département, il n’y a plus qu’un tiers des déménagements qui soit motivé par une mutation d’emploi.

11
Les prix élevés sont liés à la rareté foncière, alors qu’il y a abondance de foncier
VRAI

Le géographe constate qu’il y a abondance de terrains libres ou pouvant être densifiés, même en ville. Mais le promoteur constate que ces terrains ne sont pas mis sur le marché. En France, le foncier est un bien spéculatif qui subit une forte rétention.

12
Les communes déjà péri urbanisées adoptent un comportement malthusien contre l’urbanisation
VRAI

Les communes, qui ont déjà connu la péri urbanisation et n’ont plus de déficit démographique, n’ouvrent plus les zones à urbaniser qu’au compte goutte, juste pour maintenir leur effectif scolaire. Elles repoussent l’étalement urbain dans les communes plus éloignées. Les petites communes à faible potentiel fiscal ont aussi intérêt à accueillir de nouveaux arrivants avec parcimonie et à ne pas densifier pour éviter de nouveaux investissements (assainissement collectif, éclairage public, trottoirs).

13
Les communes périurbaines sont sous-équipées
VRAI

Moins de 3% des communes des zones périurbaines ont une crèche, un quart seulement une école maternelle, moins de la moitié un commerce d’alimentation générale. Mais le périmètre communal est moins pertinent pour l’analyse que les organisations intercommunales. Les communes nouvellement périurbanisées sont sous-équipées à l’opposition des plus anciennes qui ont rattrapé le retard.

14
L’étalement urbain est la cause de la disparition des forêts et de l’agriculture
FAUX

Les forêts sont en augmentation continue et couvrent la France d’aujourd’hui autant qu’à la fin du Moyen-Age. L’abandon de terres agricoles résulte d’abord de l’insuffisance de rentabilité et des contraintes imposées par la mécanisation de l’agriculture. La périurbanisation pose cependant des problèmes à l’agriculture périurbaine.

15
Avec l’étalement urbain, la ségrégation sociale s’étale
VRAI

La diversité sociale qui existait au sein d’un même quartier s’estompe et évolue vers un marquage social plus fort des quartiers ou des communes. Les impacts de cette dilatation géographique en termes d’intégration ou de ségrégation sociale ne sont pas évidents.

16
La ville dense permet des économies de coûts de fonctionnement
FAUX

A équipement constant, la densité permet des économies d’échelles. Mais l’analyse des budgets montre que les coûts de fonctionnement des municipalités ont des rendements d’échelle décroissants quand la densité augmente. Plus il y a d’habitants, plus le coût par habitant est élevé, parce qu’il y a davantage de coûts à prendre en charge. Cela se retrouve dans la fiscalité locale.

17
Les communes rurales ne paient pas leur coûts
VRAI
Dans les communes rurales, les réseaux sont largement financés par les institutions de rang supérieur, à commencer par le conseil général (routes départementales). Cela procure une réserve de territoire facile à urbaniser, dont le coût des équipements principaux est déjà amorti.

18
L’étalement urbain de l’habitat est créé principalement par les lotissements.
FAUX

Les deux-tiers des logements neufs sont des maisons individuelles, et parmi celles-ci, seulement 35% se font dans un lotissement. L’étalement de l’habitat se fait essentiellement dans le diffus.

19
La création d’une ville attractive avec des tramway, des parcs et de l’habitat alternatif stoppe l’étalement urbain
FAUX

Le renforcement de l’attractivité de la ville fait monter les prix immobiliers. Seuls les ménages aisés ont le choix de leur localisation. Les autres sont encore davantage rejetés du marché immobilier urbain. En outre, les villes ont une pénurie de grands logements pour les familles avec enfants.

20
Les acquéreurs de maisons individuelles ont des revenus modestes
VRAI

Le prix moyens d’une opération de maison individuelle neuve (maison+terrain) est de 130 000 euros. Le revenu moyen des ménages accédants est de 2300 euros mensuels y compris prestations familiales.

21
Si on arrête de créer des voiries périurbaines, on stoppe l’étalement urbain
FAUX

Si on arrête de créer des voiries périurbaines, on stoppe seulement l’accès à l’habitat périurbain pour les classes moyennes qui travaillent dans l’agglomération et on augmente le coût des livraisons de marchandises. On ne stoppe pas la périurbanisation des plus riches (qui ont une double résidence), ni des retraités, ni des actifs qui travaillent à l’extérieur de l’agglomération.

22
Les habitants des villes-centre travaillant à l’extérieur de leur commune ont les déplacements domicile-travail les plus longs
VRAI

Les habitants périurbains sont plus nombreux a travailler hors de leur commune (80%) que les habitants des villes-centre (32%). Mais lorsqu’un habitant de la ville-centre travaille à l’extérieur de sa commune, il parcourt un trajet plus long (souvent lié aux délocalisations d’emploi).

23
La montée des prix du pétrole stoppe l’étalement urbain
FAUX

Difficile de prédire le futur. En revanche, la période des chocs pétroliers de 1975 et 1978 a correspondu à la période où l’on a connu l’étalement urbain le plus fort.

24
Le vieillissement de la population fait revenir les personnes âgées au centre
FAUX

Le comportement des personnes âgées est divers. Il dépend de leurs revenus, de leurs loisirs et de leur milieu culturel. Pour faire face à la croissance du quatrième âge, les maisons de retraite investissent autant en ville que dans les zones rurales.

25
Ville dense ou étalée : un modèle écologique s’impose
FAUX

En théorie, l’habitat collectif neuf a de meilleures performances énergétiques que l’habitat individuel. Pour la gestion des eaux pluviales, le tri des déchets et le compost, les zones d’habitat individuel s’en sortent mieux. Les zones de maisons individuelles sont moins performantes pour les déplacements domicile-travail quotidiens, mais pour les déplacements de week-end et de vacances, les déplacements sont essentiellement liés aux revenus. L’écologie est moins un problème de forme urbaine que de comportement.